Les solutions

Cliquez sur la question qui vous intéresse

  • Quelle sera la suite de la COP21 qui s’est tenue à Paris 

    L’accord de Paris, adopté en 2015 à la COP21, le 21ème réunion des pays, a été adopté par les 196 pays présents. Mais cet accord repose sur l’engagement volontaire des pays, pas sur des obligations. Et il paraît difficile de limiter le réchauffement au vu des engagements annoncés, on est plutôt sur une trajectoire de +3°C. Mais c’est toujours possible en redoublant d’efforts.
  • On ne pourra jamais se passer du pétrole 

    Un rapport du GIEC, paru en 2011 montre qu’il est possible de n’utiliser que des énergies renouvelables à partir de 2050. En France, l’association Negawatt a confirmé ce diagnostic et donne les solutions pour y arriver. La Stratégie bas carbone de la France pour 2050 définit les moyens pour arriver pratiquement à ce résultat. L’usage du pétrole deviendra marginal.
  • Y a-t-il des solutions pour refroidir la planète 

    Non. Les propositions de certains ingénieurs, comme de placer des miroirs dans l’espace pour renvoyer le rayonnement solaire ou d’injecter des poussières pour voiler le soleil, ne sont : soit pas réalisables, soit encore plus dangereuses pour l’équilibre climatique que le changement climatique.
  • L’hydrogène peut-il remplacer le pétrole ?

    L’hydrogène n’est pas une ressource d’énergie: il n’existe pas à l’état naturel, il faut le produire en consommant de l’électricité. Le rendement global n’est pas bon. La technologie n’est pas au point. Dans l’avenir, l’hydrogène restera limité à quelques usages. Il ne pourra pas remplacer tous les usages actuels du pétrole.
  • Quels sont les engagements de la France en matière de changement climatique, sont-ils suffisants ? 

    La France s’est engagée dans le « paquet européen Energie-Climat » pour 2020 : baisse des émissions de 20 % en 2020, amélioration de l’efficacité énergétique de 20 % et les énergies renouvelables à hauteur de 20 %. Pour 2030, la France s’est engagée à baisser ses émissions de 40 %. Et en 2050, elle s’est engagée à atteindre la neutralité carbone, c’est à dire ne pas émettre plus de CO2 que ce qu’elle peut en absorber, en particulier par la forêt et autre végétation.
  • Peut-on revenir en arrière au climat de 1880 

    Un retour en arrière n’est pas possible avant des centaines d’années compte tenu de l’inertie du système climatique. Il n’y a actuellement aucun moyen pour faire baisser artificiellement la concentration des gaz à effet de serre dans l’atmosphère et la nature mettra des plusieurs centaines d’années pour le faire.
  • L’Homme a toujours réussi à s’adapter, pourquoi ne le pourrait-il pas encore ?

    L’adaptation de l’homme aux bouleversements de son environnement s’est toujours faite avec beaucoup de souffrance et de nombreuses pertes humaines. Certaines société ont quasiment disparu. Parfois il a fallu abandonner des régions entières, comme pendant les dernières glaciations. Ce n’est pas l’avenir que nous l’on peut espérer pour
    l’humanité.
  • les éoliennes ne fonctionnent que 20 % du temps

    Les éoliennes tournent dès que la vitesse du vent est suffisante, en général vers 12km/h. Sur une année, cela représente 80 % du temps dans la plupart des régions. Et dès qu’elles tournent, elles peuvent produire de l’électricité . Par contre elles ne sont à pleine puissance qu’à partir d’une vitesse supérieure et cela se produit environ 20 % du temps. Il y a confusion entre ces deux valeurs.
  • Que peut-on faire au niveau individuel ?

    – Je marche pour les déplacements de proximité.
    – J’utilise le vélo ou les transports en commun pour les déplacements citadins et le train pour les déplacements plus longs. Je pratique le covoiturage.
    – Lorsque je change de voiture, j’en achète une plus petite, plus légère.
    – Je ne prends plus l’avion sauf pour des raisons professionnelles ou en cas de force majeure.
    – Je fais mes courses dans les commerces de proximité.
    – Je baisse la température de mon logement. En compensation, je mets un pull.
    – J’isole ma maison ou mon appartement (via le syndic si nécessaire)
    – Je mange moins de viande. Je privilégie celle de volaille et de porc.
    – J’achète des produits avec le moins d’emballages possible.
    – J’évite les produits jetables. Je fais réparer les objets et appareils en panne.
    – Je loue les machines dont je n’ai besoin qu’occasionnellement.
  • Les éoliennes consomment plus d’énergie à fabriquer et faire fonctionner qu’elles n’en produisent !

    De nombreuses études montrent que l’énergie produite sur les 2 à 3 premières années de fonctionnement d’une éolienne compense l’énergie nécessaire à la fabriquer et à la mettre en place. Les éoliennes fonctionneront au moins 20 ans, le bilan est donc extrêmement positif.

  • Les panneaux solaires ne sont pas recyclables!

    La majorité des éléments d’un panneau photovoltaïque sont recyclables, dont le silicium et le verre, les éléments principaux, qui sont souvent réutilisés dans de nouveaux processus de fabrication. Depuis 2014, la loi française impose la gestion de la fin de vie des panneaux : les fabricants doivent les reprendre gratuitement et financer le traitement des déchets. Ce pourcentage de matériaux recyclables est largement supérieur à la moyenne des déchets électriques et électroniques. En juillet 2018 une usine de recyclage de panneaux
    photovoltaïques utilisant une technique permettant une réutilisation de plus de 95% de la matière a été ouverte à Rousset (Bouches-du-Rhône).
  • C’est trop tard, on ne peut plus rien faire!

    Cette affirmation est trompeuse.Toute action visant à diminuer nos émissions de gaz à effet de serre est utile et cela sera toujours utile, il n’y a pas de date limite. Mais comme ces gaz restent des dizaines ou des centaines d’années et même pour une part des milliers d’années dans l’atmosphère, on ne peut pas empêcher la température de la terre d’augmenter encore dans les décennies à venir.
  • On ne sait pas démonter les éoliennes après usage

    Actuellement, tout projet de construction d’éolienne doit mettre sur un compte en banque le montant du démantèlement de l’éolienne ce qui nous assure qu’elles seront démontées en fin d’usage. Même le béton de ses fondations (environ 100m3 soit un peu plus que pour la construction d’une maison en parpaing de 100m2 ) peut-être broyé et réutilisé comme matériau de construction ou de fondations pour les routes.
  • Les citoyens ne peuvent rien faire seuls

    Une étude parue en juillet 2019 montre que si tous les citoyens font des petits gestes quotidiens, cela représente 25 % du chemin à faire pour la France pour diminuer ses émissions de gaz à effet de serre de 80 % en 2050. Il faut donc que les collectivités, l’Etat et les entreprises fassent leur part pour engager des mesures structurelles . On ne pourra pas résoudre la question climatique en faisant reposer l’exclusivité de l’action sur les seuls individus.
    http://www.carbone4.com/publication-faire-sa-part/